Aventure Caraïbes (14) : il a déjà compté jusqu’à l’infini. Deux fois.

 

Aventure Caraïbes ? C’est quoi ?

Episode 1, Episode 2, Episode 3, Episode 4,

Episode 5, Episode 6, Episode 7, Episode 8,

Episode 9, Episode 10, Episode 11, Episode 12,  

Episode 13, (ça commence à faire beaucoup)

 

 

 

  Sang vert PredatorUn  sang vert fluo, épais, coula de la tempe meurtrie du Predator. Le monstre tituba, essuya du revers de la main les filets qui s’échappaient de ses plaies ouvertes, et se jeta sur Chuck Norris.

Coup de pied retourné dans le ventre. Le Predator se plia sous la douleur. Uppercut dans le menton. Des morceaux de dents brisées et de gencives giclèrent. Crochet dans le plexus. Un bruit atroce de respiration entravée et de poumon éclaté vibra. 

Dans un ultime soubresaut, l’extra-terrestre hurla, se cabra et tenta d’agripper Chuck Norris, qui se déroba et lui asséna un nouveau coup de poing dans les côtes. Double coup de pied retourné. Un choc violent. Des os qui craquent. Un corps lourd qui s’écrase au sol dans une mare de sang.

Le héros américain se pencha sur sa victime suffoquant dans son propre sang.

Jésus multiplia les pains, et ils mangèrent. Chuck Norris aussi, et le méchant mangea sévère.

Le chasseur vaincu eut un spasme violent, et, dans un geste désespéré, pianota une série d’instructions l’ordinateur fixé à son poignet. Puis se mura dans le silence de la mort. Un compte à rebours sonore s’enclencha.

— Attention, Chuck ! prévint Passe-partout. C’est une bombe nucléaire !

Le karatéka écrasa l’engin de mort de son talon. Une explosion puissante se propagea, mais fut rapidement étouffée sous la semelle. Le calme retomba en moins de trente secondes. Il ne restait plus rien du corps du Predator, seul un cratère soulignait l’intensité de la déflagration. Chuck Norris nettoya alors la petite tâche de fumée sur sa chaussure intacte.

La mâchoire de Lara faillit se décrocher.

— Je dois reconnaître que c’est assez… impressionnant.

Le cow-boy se tourna vers eux. Il avait à peine transpiré, et réclama son chapeau que Passe-partout s’empressa de lui ramener. 

— Votre collègue déchiqueté, là-bas ? Vous voulez qu’on en fasse quelque-chose ? Car Chuck Norris donne régulièrement du sang à la croix rouge. Mais jamais le sien.  

Passe-partout regarda le corps désarticulé de Frederik.

— Non, ce n’est pas nécessaire. Merci beaucoup. Je… Je vais m’en occuper.

Chuck resserra sa cravate texane autour du col de sa chemise et chiqua un gros morceau de tabac. 

— Vous avez encore besoin de moi ? Je dois rejoindre le Texas à la nage pour arriver avant le dîner.

— Ben, c’est-à-dire que… dans l’édifice, il y aura probablement des dangers et ce serait sympa de…Chuck

Passe-partout fut interrompu par une clameur qui montait dans l’atmosphère. Au loin, au détour d’un virage, le groupe de nazis apparut. Ils avançaient au trot en scandant des chants guerriers. Certains étaient couverts de caramel, d’autres mâchouillaient avec délectation des bonbons gigantesques. Le général Adolfo Ein Inmer Schaaft et Martine, en tête de cortège, brandissaient fièrement d’énormes sucre-d’orges. Leur bonheur s’entacha immédiatement à la vue des aventuriers.

— Martine, Général Adolphe Himmler Raft, c’est un plaisir de vous voir, énonça Passe-partout en souriant.

— Mais comment… bafouilla Martine, sous le choc. Le Colonel Erwin Schouklov Graffeinmeyer devait… Et le Predator ? Comment as-tu pu… Et tu as pris le téléphérique sans passer par la cascade ? Tu ne respectes vraiment rien ! Tu es prêt à tout !

— Oui, enfin… C’est la faute de La… Oh et puis, zut, dans la cabine, on avait droit à un buffet garni et des Piňa-colada !

Sur un geste du Général Adolfo Ein Inmer Schaaft, les soldats levèrent leurs mitraillettes et se déployèrent autour d’eux.

— Et le Colonel Erwin Schouklov Graffeinmeyer ? reprit Martine. Le Predator ?

— Disons pour résumer qu’ils ont trouvé en Passe-partout un ennemi à leur hauteur.

Lara leva les yeux au ciel et soupira.

— Abattez-les ! hurla Adolfo.

Chuck cracha son tabac, sortit un cigare plus gros qu’un barreau de chaise et l’alluma. 

— J’en ai dézingué des méchants dans ma carrière, dit-il en crachotant une fumée épaisse. Des vietnamiens, des trafiquants de drogue, des flics corrompus, des vietnamiens, des braqueurs, des terroristes, des vietnamiens, des mafieux. Mais des nazis… Je suis impatient de vous tataner la gueule et de vous mettre la bite dans un tupperware.

— C’est tout ce que tu as trouvé ? pouffa martine. Un Cow-boy ringard ? 

Rendez-fous à l’évidence, fous êtes encerclés ! cria le Général Adolfo. Donnez-nous le difflucteur dimensionnel et mourrez une bonne fois pour toute !

Les narines de Chuck Norris se dilatèrent.

— On dit s’il vous plaît.

Il laissa tomber son cigare dans la boue.

— Et pour votre information, c’est Chuck Norris qui vous encercle. Tout seul.

Il sortit une petite cuillère de sa poche, et la pointa sur les soldats.

— Pisse-partout, Lara, fuyez. Je m’en occupe.

— C’est pas croyable, vous le faites tous exprès d’écorcher mon nom ? J’en arriverais presque à croire que…

Le héros américain se précipita sur le premier groupe de nazis. D’un coup de pied rageur, il arracha les têtes de trois d’entre eux, et planta la petite cuillère dans le thorax d’un quatrième avec sa main gauche tout en éviscérant une cinquième victime de sa main droite. Les autres ripostèrent. Les balles fusèrent. Chuck, plus rapide que jamais, ravageait leurs rangs. Le chaos s’installa, les soldats hurlèrent. Les coups de feu partaient dans n’importe quelle direction. Le Général aboyait des ordres que personne n’écoutait.

Passe-partout agrippa Lara et la tira vers l’entrée du temple. Frederik, toujours au sol, ne semblait pas avoir un seul os intact.

— Il ne ressuscitera pas avant une heure, il faut le laisser ici.  

Passe-partout inspira, jeta un dernier regard au héros viril qui était en train de botter les fesses de tout un escadron nazi. Celui-ci, entre deux massacres, prit le temps de lui adresser un fier salut militaire, auquel le nain s’empressa de répondre.

 

Et les deux aventuriers se jetèrent dans l’antre ténébreux.

 

 

À suivre…

 

4 réflexions au sujet de « Aventure Caraïbes (14) : il a déjà compté jusqu’à l’infini. Deux fois. »

Laissez un commentaire...