Aventure Caraïbes (15) : l’aventure prend fin

 

Aventure Caraïbes ? C’est quoi ?

Episode 1, Episode 2, Episode 3, Episode 4,

Episode 5, Episode 6, Episode 7, Episode 8,

Episode 9, Episode 10, Episode 11, Episode 12,  

Episode 13, Episode 14, (ça commence à faire vraiment beaucoup)

 

 

 

Eruption volcanique La chaleur infernale lui sauta immédiatement au visage. Passe-partout s’approcha de la balustrade, et ne put s’empêcher de soupirer.

Les deux aventuriers surplombaient une vaste salle, grande comme une arène. Le plafond était invisible, caché par une fumée épaisse. Des colonnes larges comme des maisons et gravées de signes effrayants montaient droits dans ce brouillard. Des profondes lézardes dans le sol laissaient apparaître des coulées de lave d’un rouge flamboyant, qui ruisselaient sur le sol pour former de véritables rivières. À intervalle régulier, d’énormes boules de feu surgissaient du néant, fendaient les airs et disparaissaient dans le sous-sol.

On dirait le château de Bowser… constata Passe-partout, dépité. Comme dans Mario.

Jamais ils n’auraient cru atteindre leur objectif. Après plusieurs heures d’errance dans l’ensemble de couloirs étroits et sombres qui constituaient ce temple maléfique, ils avaient fini par perdre espoir. Et puis ils avaient trouvé par hasard un panneau d’information de Pico, qui les avait guidé jusque là, dans « l’anti-chambre de la quête finale ».

Je connais Mario… lâcha Lara, pensive. On fait quoi ?

Passe-partout cligna des yeux, à la recherche d’un objectif quelconque, mais renonça devant le chaos de gravats et de feux. La lumière était aveuglante, la chaleur, étourdissante. Disséminées un peu partout, des statues surgissaient du néant et déployaient leurs membres. Elles représentaient toutes des personnages de fiction : Dark Vador, Robin des bois, Terminator, Zelda, Nono le petit Robot, Lassi, Spiderman, Harry Potter, E.T., Donald Duck, Alien, et bien d’autres.

Je crois qu’on a pas le choix.

Tu veux traverser ?

Non, je vais faire demi-tour et retourner dans la cabine de téléphérique à boire des mojitos. Ça doit être ça, la solution.

Le sarcasme ne te va  pas du to…

«  Hey ! As-tu besoin d’aide ? »

Enfin ! J’y croyais plus. Demande un hélicoptère.

«  Navré, voyageur ! Mais pour cette étape finale, vous devrez vous débrouiller tout seul ! Descendez de la plate-forme en utilisant l’échelle de corde et rendez-vous de l’autre côté de l’anti-chambre pour le Chocapic doré. »

Passe-partout haussa les épaules.

Bon, tu as entendu ?

Le nain posa un pied mal assuré sur la corde, puis se laissa glisser lentement le long de la paroi, jusqu’à toucher terre. Le sol en pierre était chaud, à la limite du supportable. Un torrent de lave l’encerclait, et seul un pont en bois dégradé permettait de s’échapper. Lorsqu’il se retourna vers Lara pour l’informer, son regard fut attiré par deux autres formes gesticulantes, lointaines.

C’est pas vrai…

Sur une plate-forme, de l’autre côté d’un profond ravin, Martine et le Général Adolfo Ein Inmer Schaaft débutait leur descente. La jeune femme à cuissardes pestait contre l’officier qui lui écrasait le visage. Presque immédiatement, ils croisèrent le regard de Passe-partout, et s’activèrent d’autant plus.

Lara, active ! Ils sont ici !

Qu’est-ce que tu racontes ? Chuck s’en est occupé.

Le nain agrippa la cheville de son amie et la tira violemment vers le bas.

T’es malade !

Il pointa au loin.

Mario bros finaleMerde, ils sont pire que l’herpès, ces deux-là !

Ils s’échappèrent en direction du pont. Puis, ils suivirent au pas de course le seul chemin praticable qui s’offrait à eux. Ils sautèrent au dessus d’innombrables ruisseaux de lave, escaladèrent des ensembles de rochers compacts, contournèrent des dizaines de statues réalistes, presque vivantes, faillirent être carbonisés par des boules de lave volantes. Enfin, après plus d’une heure de course effrénée, ils débouchèrent sur une plate-forme flottante sur un océan de lave.

La pierre brune laissait place à un matériau blanc, doux, immaculé. Au centre, une sorte de diamant vert lévitait dans une lumière jaunâtre.

C’est ça, le chocapic doré ?

Lara pensa aussitôt au bain qui l’attendrait en rentrant. D’abord, elle enlèverait ses chaussures, puis ses vêtements crasseux. Sa robe tombait en lambeau, mais, heureusement, elle avait eu le temps de voler la veste de Frederick.

Les deux aventuriers restèrent ainsi, abasourdis, à fixer l’objet final de leur quête.

Un bruissement leur parvint. Le Général et Martine surgirent d’une autre entrée, à quelques dizaines de mètres.

GO !

Les deux équipes se lancèrent dans une course effrénée. Passe-partout fut vite distancé par Lara, qui, malgré ses talons, accomplissaient de vraies prouesses. Martine, qui arrivait à sa hauteur, le comprit en trébuchant sur un croche-pied bien placé. Le cristal se rapprochait. Enfin. Lara tendit la main. Son talon se brisa, elle dévissa et glissa sur le sol blanc immaculé, avant de s’arrêter à quelques mètres du but final.

Le Général, qui la suivait de près, se jeta dessus. Passe-partout s’arrêta. Une grimace déformait son visage.

Nous abons réussi ! clama le vainqueur. Le Führer sera bientôt de retour parmi nous !

Une lueur blanche s’abattit sur le groupe.

« Hey, joyeux voyageur ! Bravo ! Tu as réussi à percer le secret de Pico et de Chocapic ! »

Un tremblement secoua la salle. Au plafond, une trappe s’ouvrit, libérant un objet brillant. Le chocapic doré. Il descendit tout doucement en lévitation vers Adolfo.

Soudain, un singe apparut par la même trappe, se jeta dans le vide, et grâce à sa liane, plana jusqu’au trésor doré qu’il déroba juste avant qu’il n’atterrisse dans les bras tendus d’Aldolfo. Son sourire disparut de son visage. Le singe sauta de colonnes en colonnes et alla se cacher au loin. Puis il tira la langue et farfouilla dans son sac banane. Il en sortit une poudre qu’il jeta en l’air.

Il faut attraper ce satané singe ! hurla Passe-partout à l’adresse de Lara. C’est Coco de Choco Pops ! Il est encore plus vicieux que Pico ! Lève-toi, rien n’est perdu !

La poudre voleta doucement et retomba un peu partout dans l’arène. Une agitation monta. Des bruits de pierres brisées, de cris, de râles. Passe-partout regarda d’un air terrifié toutes les statues, qui se mettaient à bouger et à prendre vie.

 

 

Non, pas Donald Duck…

 

 

 

 

Scheiße, siffla le Général en fixant son joyau. C’est pas encore fini


Darth Vader

 

 

À suivre…

 


8 réflexions au sujet de « Aventure Caraïbes (15) : l’aventure prend fin »

Laissez un commentaire...