Bref. Je suis allé à la fête des lumières à Lyon

 

 bref-ban

 

— Je ne te laisserai pas mourir ici ! On va se battre ! On va s’en sortir !

Le gars qui est en train de me secouer, c’est un pote à moi, Guillaume. Guillaume est parti s’installer il y a huit ans à Lyon parce qu’il a trouvé un boulot sympa et bien payé.

— Ouais, je quitte la capitale parce que j’ai trouvé un boulot sympa et bien payé.

Depuis, il me harcèle chaque année pour que je vienne à cette manifestation qui consiste à éclairer des bâtiments publics hideux avec de gros projecteurs rouges.

 

Au téléphone : « Hé !  Ça te dit de venir t’éclater à la fête des lumières à Lyon ? ».

Par texto : « Bah ! Tu devrais venir à la fête des lumières. ».

Par mail : « Yeah ! Bientôt le 8 décembre ! C kan que tu viens ? On va se poiler ! LOL ! .

 

Je déteste les interjections qu’il utilise au début de chaque message, presque tout autant que le terme « poiler ». Mais comme je suis lâche, je n’ai pas pu lui dire non. Deux heures de TGV et 135 euros plus tard, j’ai débarqué au milieu d’une foule humide et accueillante.

— Oh, connard ! T’as pas un euro ?

Compressés comme deux sardines en boîte, Guillaume m’a guidé en faisant des petits hochements de tête d’initié devant des animations avec des poules ou devant des ballons suspendus au dessus d’une statue.

À un moment, il y avait un flipper géant sur une façade. C’était marrant. J’ai tenté d’y jouer. J’ai foiré, la foule m’a hué. C’était moins marrant.

 

On a piétiné. Un gars m’a accosté pour que je lui achète un bâton lumineux. Je l’ai envoyé se faire voir.

— C’est combien ?

— Quinze euros.

Il m’a regardé. Je l’ai regardé. Il m’a fait les yeux du chat dans Shrek. Je lui ai donné mon billet de vingt euros, il ne m’a pas rendu la monnaie. J’ai plus de quoi m’acheter à manger.

Guillaume m’a amené place des Terreaux, parce que ça vaut vraiment le coup.  

— Tu vas voir, ça vaut vraiment le coup.

On s’est fait refouler trois fois par des CRS. Finalement, on a attendu deux heures pour voir des chevaux courir sur des façades avec une vidéo d’une fille en train de hurler. Guillaume a acquiescé comme un initié. On a fini par l’hôtel de ville avec des morceaux de papiers toilettes fluorescent suspendus en l’air. Guillaume a acquiescé comme un initié.

On s’est retrouvé devant l’opéra. Et là, le choc, un éclairage magnifique.

— C’est dommage, ils ont rien fait sur l’Opéra cette année.

 

Un mouvement de foule nous a poussé, je suis tombé. Je me suis fait piétiner par une vieille, une petite fille, un gars en fauteuil roulant et un teckel. Guillaume m’a sorti de là.

— Il ne faut jamais tomber à la fête des lumières ! Sinon, c’est la mort !

J’ai faim, j’ai plus d’argent, j’ai tous les muscles qui me font souffrir. Il est deux heures du matin et il va falloir rentrer à pied chez Guillaume.

 

Bref. Je suis allé à la fête des lumières à Lyon.

 

lumiere

 

 

— Alors, la fête des lumières, c’est comment ?

— Je crois qu’il faut être initié…

 

 

 

 

PS : En vrai, c’était vraiment pas mal, je le conseille ! (encore plus si vous aimez vous frotter à de jeunes inconnus)

 
 

9 réflexions au sujet de « Bref. Je suis allé à la fête des lumières à Lyon »

Laissez un commentaire...