Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/5/d423693020/htdocs/wp-includes/post-template.php on line 275

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/5/d423693020/htdocs/wp-includes/post-template.php on line 275

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/5/d423693020/htdocs/wp-includes/post-template.php on line 275

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/5/d423693020/htdocs/wp-includes/post-template.php on line 275

La caissière de Tolkien

 

 

Un petit texte que les plus anciens lecteurs (ceux de l’autre blog qui n’existe plus 😉 ) pourront reconnaître, car je
l’avais fait à l’occasion d’un concours organisé par Anna Sam, la (ex) caissière la plus connue de France.

 

**

  supermarche.jpg

 

Bienvenue dans la plus grande superéchoppe de la Terre du milieu ! Ici vous
trouverez l’herbe à pipe la plus fine de la comté, les chevaux les plus robustes du Rohan, la dentelle la plus douce de Bree, les vins les plus épicés du Gondor et bien d’autres articles
!

 

Je m’engouffre sous l’enluminure du portique, direction les vestiaires. Je slalome entre les paquets
de foule s’attardant devant les lettres « les plus magnifiquement calligraphiées de la contrée », selon Bilbon Sacquet, le grand patron. En chemin je croise, Galagilel, une elfe de
Fondcombe qui n’a jamais trouvé de travail dans le tissage de la soie, et qui a dû provisoirement prendre une place ici. Elle vient de finir son service.

— Méfie-toi, me lance-t-elle de sa voix claire. Il y a beaucoup de touristes aujourd’hui, ils sont
particulièrement difficiles…

Je la remercie pour l’information. Je l’aime bien, Galagilel. Elle est belle, et aussi très
intelligente, compréhensive, agréable, aimable, sportive, parfaite… Finalement, non, je ne l’aime pas.

J’insère ma fiche dans la pointeuse, et je rejoins mon casier. Je revêts la longue veste rouge où le
nom du magasin brodé d’or s’affiche un peu partout « Superéchoppe Bilbon », avec le slogan « Un service, un sourire ». Je place mon chapeau sur la tête. Voilà, je suis moche. Mais
je ne me plains pas, les caissières de
L’Elfe Bienfait doivent
porter une robe ample avec des centaines de rubans tous salis ou arrachés au bout d’une semaine.

J’espère que cette journée ne va être trop difficile…

 

hobbit10.jpgBip Bip.

J’encaisse une famille de hobbits aux visages joufflus. La moitié des articles posés sur le tapis
sont des emballages vides. Ils ont déjà dévoré leurs courses. Ils me lancent des regards gênés, je réponds par de grands sourires. La gourmandise des hobbits ne cessera de
m’étonner…

Soudain, sans crier gare, un nain à la barbe rousse surgit à ma caisse. Il bouscule le père, plante
sa hache sur mon comptoir et m’apostrophe.

— Nous sommes infestés ! De nombreux orques ont envahi les couloirs de La Moria et nous
n’arrivons pas à nous en débarrasser ! Balin, fils de Fundin, notre roi, a été attaqué !

Sans lever les yeux devant tant d’impolitesse, je rétorque d’un ton automatique.

— Le répulsif anti-orque se situe au rayon jardinage, avec tous les insecticides, juste à côté des
produits d’entretien.

La silhouette trapue s’échappe et s’enfonce dans les rayons. Pas de merci, pas de au revoir. Il va
aussi falloir que le menuisier remplace la protection de mon coffrage. Les nains sont exaspérants…

 

 

Quinze heures. Il y a moins de monde, les gens doivent lézarder sous le soleil estival. Je patiente
tranquillement à ma caisse. J’en profite pour nettoyer le lait qu’un Touque de l’ouest de la comté a renversé.

— Vous êtes ouvertes ? me lance une grosse voix caverneuse.

Je lève les yeux vers un homme, assez âgé, vêtu de haillons grisâtres et élimés. Ses cheveux et sa
barbe grise sont énormes, ils touchent presque le sol. Il porte un immense chapeau pointu, et tient un bâton noueux. Il n’aurait pas cet air si négligé, j’aurais pu croire avoir affaire à un
magicien. Mais non, le mage Saroumane vient régulièrement s’approvisionner en boules de cristal, et il est autrement plus élégant. Je lui fais un grand sourire.

— Moi non, mais ma caisse oui…

Ses sourcils broussailleux se renfrognent. Il dépose ses achats sur le tapis
roulant sans me répondre. Il n’a pas l’air commode. Il marmonne d’étranges paroles, dans lesquelles il cite un pont de Kazak Dum et un Balrog, qu’il aurait prétendument réussi à vaincre. Il dit
qu’il est devenu plus fort, et qu’il n’est plus Gandalf le Gris, mais Gandalf le Blanc. Il ne sent pas bon.

Je scanne ses articles. Un long manteau blanc avec ceinture blanche. Un coffret de teinture pour
cheveux et pour barbe avec démêlant… couleur ivoire. Et de la teinture pour cheval… blanche, encore.

Et bien, il prépare une grande transformation, celui-là. Quand il aura fini, il ressemblera peut-être
à Saroumane. J’espère qu’il va en profiter pour prendre un bain…

 

 

Bip. Bip.

Dix-sept heures. Encore deux petites heures et mon service sera achevé.

Client suivant. C’est au tour d’un elfe. Il pose une dizaine de barquettes de pains rassis sur le
tapis. C’est marrant, je ne connais pas ce produit.

C’est du lembas, lance-t-il en observant ma curiosité. Trois bouchées effacent la
lassitude des jambes du plus fatigué des voyageurs. Une bouchée comble l’estomac le plus affamé. Une miette apporte force et vigueur pour une demi-journée. Un soupçon permet de soutenir un effort
continu de plusieurs heures…

Je n’aurais jamais dû me montrer curieuse. Les elfes adoptent toujours ce lyrisme navrant des
publicités ringardes.

Il perce la barquette, émiette son pain et m’en tend un bout. Le geste est gentil, mais ça n’a pas
l’air très bon. En plus, je n’ai pas faim.

— Prenez, jeune cœur pur, cela vous ragaillardira l’âme.

— Merci, mais j’ai bien mangé ce midi.

— On ne ressent guère la lourdeur d’une nourriture faste quand on déguste le lambas.

Je déplie timidement le bras, je goûte du bout des lèvres. Bof…

Il a l’air satisfait, moi je ne pense pas que j’en rachèterai…

 

    

Client suivant. Je ne lève pas les yeux, je lance un bonjour machinal. Les articles passent devant ma
source de magie scanneuse. 

nazgul.jpgUne épée à lame échancrée, un long poignard courbe, une côte de mailles, un arc et des flèches, une fiole de poison. Intriguée, je relève la tête. Mince,
c’est un Nazgûl. Je n’avais pas fait attention. Sa haute stature me domine complètement. Sa capuche cache son visage spectral. Je ne peux m’empêcher de fixer l’anneau maléfique encerclant au
doigt. Dire qu’il était jadis un grand roi, et qu’il a succombé à la magie occulte de Sauron.

Je suis désolée, mais ce genre d’articles ne peut se vendre aux forces du
mal.

Je me prépare à appeler la chef de caisse, un spectre aussi puissant est capable d’engendrer un
véritable scandale en moins d’une minute. Mais, étonnement, il s’affaisse.

— Pour… Pour quelle raison ?

C’est le règlement. Les disciples du mal ne peuvent effectuer d’achats à caractères
meurtriers depuis qu’un de vos collègues a massacré un groupe de touristes nains dans une superéchoppe du Gondor.

— Je… Je suis navré, je l’ignorais. Je dois replacer mes articles en rayon ou…

— Ce n’est pas nécessaire, vous pouvez les laisser ici.

Il repart en flottant mollement au dessus du sol. J’ai presque de la peine pour lui.

 

C’est l’heure, je peux m’en aller ! Je demande au dernier client de dire à ceux qui le suivront
que ma caisse est fermée. Il ne le fait pas et je dois informer une famille de nains de la situation. Ils ne manquent pas de souffler bruyamment en affirmant qu’ils sont là depuis quinze minutes.
Mauvaise foi…

 

Je me lève de ma chaise. Soudain, je vois la sécurité partir en courant au centre du magasin. Je
penche la tête, deux hobbits sont en train de se battre à côté du manège à bijoux. Enfin, un hobbit et une créature grise et visqueuse qui ressemble vaguement à un hobbit. Je ne sais pas trop ce
qui se passe, visiblement ils se bagarrent à cause d’un bijou. Une bague, je crois.

La créature n’arrête pas de crier « mon précieux » « mon précieux ». La sécurité
les sépare. L’autre montre sa main, et son doigt à moitié arraché. Je ne peux m’empêcher de faire une grimace. Je m’approche, je demande aux agents s’ils ont besoin d’aide, ils me répondent que
la situation est sous contrôle. Un herboriste arrive déjà avec une trousse de premiers secours.

Bon, j’y vais, cette fois.

 

Je rejoins le vestiaire, j’enlève mon uniforme.

Je suis crevée. Journée habituelle, avec son lot d’émotions quotidiennes. C’est cela, de travailler
pour la Superéchoppe Bilbon.
 

 

Un service, un sourire.

 

Gollum-and-the-precious.jpg



Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/5/d423693020/htdocs/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

11 réflexions au sujet de « La caissière de Tolkien »

  1. je ne vois pas pourquoi le Nazgûl n’aurait pas le droit d’acheter sous prétexte que c’est un disciple du mal. Le poison, c’est pour les taupes dans le cour du château; l’arc et les flèches, c’est
    ce qu’il y a de plus pratiques pour attraper des oiseaux; le poignard, c’est pour découper la viande desdits oiseaux; et la cotte de maille, c’est un outil de musculation (t’as déjà essayer d’en
    soulever une? C’est super lourd). Donc je suis désolé, mais il n’y avait aucune raison de refuser ses achats au Nazgûl.

    Un commentaire, un sourire (ou pas).

  2. Et oui, depuis l’avènement de Dark Vador / Voldemort / Steevie, les gens sont un peu tendus envers les forces du mal… C’est dommage, dès qu’on massacre quelques personnes par-ci par-là, on a tout
    de suite mauvaise réputation 😉
    Et sourire validé sur ton com 🙂

  3. J’aime bien l’idée d’un répulsif anti orques! 🙂 mais eux où peuvent ils trouver du répulsif anti elfe ou nain? hi

  4. Et tu n’as parlé du jour où les hobbits sont obligés de te rendre , sur le tapis , les courses qu’ils ont dévorées ! Probléme de carte bancaire …

  5. @ Vomi : pas besoin de faire appel à tes services, tu finances les courses perdues en revendant la famille Hobbit comme esclave (et comme repas) pour les orcs 😉
    @ Emmanuel : Je te voyais plus avec un arc et des flèches 😉

Les commentaires sont fermés.