Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/5/d423693020/htdocs/wp-includes/post-template.php on line 275

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/5/d423693020/htdocs/wp-includes/post-template.php on line 275

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/5/d423693020/htdocs/wp-includes/post-template.php on line 275

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/5/d423693020/htdocs/wp-includes/post-template.php on line 275

Les coulisses de l’édition (2) : réussir sa séance de dédicace

 

Toi aussi, tu veux publier ton livre ? Tu cherches reconnaissance, amour, gloire, beauté, argent, cocaïne sur le capot des voitures, et les mêmes parkas que Michel Houellebecq ? Mais tu ne sais pas comment faire, tu es un peu perdu dans le terrible océan de l’édition, où de vils serpents te traquent avec leurs mains avides (si, si). Ne t’inquiète pas, petit Scarabée, tel un Yoda moins vert et plus grand, je saurai te guider sur les sentiers de la force littéraire.

 

De : Mickael, Parisbogoss

 

Cher collègue beau gosse,

 

J’ai publié un super livre : l’histoire de ma vie. Il est génial car il contient des vrais morceaux de philosophie qui vont bouleverser le monde. J’avais des séances de dédicace organisées par ma maison d’édition, mais malheureusement, je me suis grave tapé la tehon parce qu’il n’y avait personne. Du coup, j’ai écrit des SMS, je me suis baladé dans le magasin au rayon B.D. et j’ai caressé les seins de la vendeuse dans la réserve. Comment faire pour avoir plein de gens ?

 

Gros bisous,

 

Michael V.

 

 

Cher Mickael,

 

Et tu oses te plaindre ! Quelle chance de n’avoir eu qu’à asseoir ton auguste derrière sur une chaise (et d’avoir pu toucher les seins de la vendeuse). De nombreux auteurs doivent suer corps et âme pour organiser de tels évènements. Mais passons, cher Michael, je ne t’en veux point pour cela. Je houspillerai un autre philosophe de ta trempe lorsque je répondrai prochainement à sa question sur la manière dont une séance de dédicace peut se préparer.  

 

Parlons donc de ton problème : voilà, tu commences à peine et tu tombes bêtement dans le piège de l’écrivain orgueilleux ! Car si les médias te gavent à coup de ça :

 

Ecrivain dédicace

 

Où tu n’as plus à cueillir tes lecteurs conquis comme des fruits trop mûrs (un peu trop facile, n’est-ce pas ? Tu n’es pas comme cela, nan ?)

 

La réalité, cher beau gosse, est toute autre. Car hormis des Marc Lévy et des Bernard Werber, 99,9% des auteurs ont à affronter ceci en séance de dédicace :


Seul au monde

 

Du vide, des regards méfiants, parfois hostiles ou moqueurs, de l’intérêt qui n’a rien de désintéressé (« je suis moi-même auteur et je voulais vous demander si… »), de la bêtise, du mépris…

 

La posture psychologique est donc tout autre, car c’est à toi de te vendre auprès de ton lectorat. Tu n’es plus un écrivain qui se drape dans la dignité de sa prose universelle, mais un VRP devant fourguer son kilo de boudin au stand charcuterie de l’Auchan de Mufflin-les-Pouilly. Mais comment transformer ce moment pénible en une félicité dont tu chanteras les louanges durant les siècles à venir ? Ne t’inquiète pas, voici quelques conseils pour t’aider à sortir la tête haute de cette épreuve :

 

Confiant, souriant, plaisant, prince charmant

 

Un conseil de base, me diras-tu, jeune présomptueux, mais fort peu appliqué. Combien de fois ai-je vu des auteurs pianoter sur leur téléphone ou lire un roman d’un concurrent en attendant que quelqu’un vienne le voir ? Fatal Error ! Que tu as toi-même commise.

La première étape, c’est donc de rendre un environnement propice à l’échange :

 

–> Présenter son univers en cinq secondes : Qui es-tu ? C’est quoi, ce roman ? De quoi ça cause ? À quoi ressemble la couverture (le critère principal d’achat d’un roman) ? Il faut être capable de livrer toutes ces informations en un seul passage devant ta table. L’idéal, c’est une belle affiche. Le chevalet avec le nom d’auteur est le strict minimum.

 

–> Des livres qui donnent envie : se cacher derrière de belles piles horizontales ne sert à rien. Vingt livres sur la table, grand maximum, et un d’entre eux à la verticale pour que la couverture soit visible. Le petit plus ? Que le lecteur puisse le feuilleter sans subir le regard intransigeant de l’auteur, sur une petite table à côté de la tienne. 

 

–> Être un beau gosse (je sais que ce conseil te fait plaisir) : Tu ne bois, tu ne fumes pas, tu fais du sport, et tu auras le droit d’aller en dédicace. En réalité, il faut « juste » rayonner, être sympathique et agréable. Assis sur ta chaise (ou encore mieux, debout, mais c’est plus difficile à assumer), le dos bien droit, les bras ouverts (pas croisés, c’est un signe de repli sur soi), le regard franc et assumé. Et surtout, un grand sourire. Tu es heureux d’être là ! Tu ne décolles pas et tu restes poli, même si on te demande de garder les gosses pendant que maman fait les courses, ou si on te repose 40 fois la même question : « Vous avez quand même un VRAI métier à côté, boudiou ? ».

Les lecteurs iront plus facilement vers toi. Et si tu leur dis bonjour, tu as presque gagné la partie !


 

Capter l’attention comme un vendeur de merguez à la sortie d’un match de
foot

 

friterieVoilà, c’est fait ! Tu  viens d’initier le contact. Certains osent même te sourire. C’est un bon début, cher Mickael.

Mais il faut aller beaucoup plus loin, à présent, il faut réussir à attirer tes lecteurs naïfs dans tes filets machiavéliques pour lui refourguer ta daube infâme ! Mais comment faire ? N’aie crainte, il te suffit à nouveau de suivre ces quelques conseils. 

 

–> Ne pas hésiter à lancer la conversation. Une phrase d’accroche, une question qui attire l’attention (Vous achetez le dernier DVD de Harry Potter, il est bien ? Aimez-vous les thrillers ? Pratiquez-vous la sodomie ?), le résumé du livre en quelques mots. Bouscule les gens, casse leurs habitudes, titille-les. Trouve la petite signature avec laquelle que tu te sens à l’aise. Je reconnais, cher beau gosse, que cela fait un peu « marché de la moule à Arcachon », mais c’est une méthode qui a fait ses preuves. 

 

–> Inviter les lecteurs à feuilleter ton livre. Préciser qu’ils ont droit de le prendre, de le toucher, de la caresser sensuellement, de partir un peu plus loin, et de le reposer si ça ne leur convient pas. Aucune obligation d’achat, ma bonne dame !

 

–> Comment éviter le réflexe de répulsion habituel dès que l’on souhaite vendre quelque-chose ? Mais
l’échantillon gratuit, pardi !
Le flyer de publicité présentant l’ouvrage marche très bien. C’est gratuit, c’est sympa, les badauds s’arrêtent pour le prendre. Cela permet d’amorcer la discussion, de les faire revenir, et même de commander le livre plus facilement quelques jours plus tard. Les auteurs ont d’autres trucs, comme des bonbons (ne les propose pas aux enfants), ou même des pages d’extraits à distribuer.
 

 

–> Avoir du répondant et ne pas se laisser démonter par les refus tirés par les cheveux. Par expérience, de très bonnes ventes ont été faites avec des personnes réticentes initialement. « — Je n’aime pas lire. — Ça tombe bien, c’est un livre qui se VIT», « — Je n’ai plus d’argent. — Le dernier Tim Burton n’est pas terrible, et mon livre vous procurera plus d’heures de plaisir », « — Je cherche Guillaume Musso. — il n’est pas là aujourd’hui, c’est moi qui le remplace»

 

–> Ne pas trop insister. Suivre le lecteur dans les rayons en le frappant et en dénonçant sa bêtise de ne pas acheter ton livre n’est pas très bien vu. Autre fausse bonne idée : venir avec un ami qui va jouer les rabatteurs. Le vendeur de la librairie a beaucoup plus de légitimité dans ce rôle (et le fait beaucoup mieux).

 

La civilisation du spectacle, Coco !

 

Bravo, tu as réussi à captiver quelques badauds de passage. Mais comment réussir à créer un vrai enthousiasme autour de toi ? À fédérer la foule ? Pars du principe que le public, c’est comme les femmes : il suffit qu’une d’entre elle te montre de l’intérêt pour qu’elles veulent toutes arracher tes vêtements (oui, moi aussi je suis un vilain sexiste). Mais comment faire ? Ha, ha, jeune naïf, voici la solution :

 

–> La simple séance de dédicace, c’est tellement dépassé. En 2011, c’est une
exposition boîte de nuit 3D avec feux d’artifice qu’il faut proposer !
Sans aller aussi loin, organiser une petite exposition n’est pas idiot. Le plus dur est de trouver un libraire qui accepte de jouer le jeu. Sinon, quelques feuilles A3 collées sur du carton, des chevalets éparpillés dans la boutique, et voilà une exposition montée en cinq minutes. Tu y mets ce que tu veux : articles de presse / chroniques de blog qui te sont consacrés, couverture de ton livre, extraits, quatrième de couverture, biographie, etc. Les sujets ne manquent pas pour faire découvrir ton horreur littéraire !
  

 

–> Raconter des anecdotes, parler fort et savoir
rebondir
. Ben oui, tu t’adresses à la personne devant toi et aux autres qui passent à côté. Exprime-toi distinctement et mets l’accent sur les petites tranches de vie cocasses ou croustillantes. Creuse-toi la tête, il y en a forcément. De même, n’hésite pas à poser des questions. Les gens adorent parler d’eux
.
 

 

Tu vas me dire que c’est bien dommage d’en arriver là pour vendre des livres. Et je te répondrai que oui, mais que la société actuelle est ainsi, et qu’elle se concentre plus sur la forme que sur le fond. Si tu veux toucher les lecteurs au fond, il faut donc y mettre les formes. Et puis, cher Mickael, cela me permet d’enchaîner habilement sur le dernier point de cette chronique qui n’a que trop duré.
 

Ne pas vouloir vendre à tout prix

 

argent Oui, oui, je sais, c’est en totale contradiction avec ce que je viens de dire. Mais réfléchis bien à l’objet de ta présence. Vendre des livres ou échanger avec les
lecteurs ? Refourguer du papier ou papoter ?

Si ton but est de faire du cash, tu n’as rien à faire ici. Les gens vont le sentir, tu ne parleras pas de ton œuvre avec le cœur amoureux d’un prince chevauchant son fidèle destrier, et tu vas vite t’ennuyer. Et puis franchement, si tu arrives à vendre quinze livres en quatre heures de présence, c’est un très bon score. Cela te rapportera environ 30 euros. Dans ces conditions, il vaut mieux aller bosser à l’usine.


Mets plutôt une photo de toi en string sur Internet, ou participe à une émission de téléréalité, ce sera beaucoup plus vendeur (oups, tu l’as déjà fait).

 

 

Gros bisous,

 

 

J. Heska

 

 

PS : Est-ce que tu pourrais m’en dire plus sur ta théorie qui va bouleverser le monde, parce que je souhaite écrire un bouquin un peu comme ça et je voudrais avoir ton avis ?

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/5/d423693020/htdocs/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

14 réflexions au sujet de « Les coulisses de l’édition (2) : réussir sa séance de dédicace »

    • En réalité, je suis en jogging avec ma bière et ma pizza, je rote bruyamment, j’alpague les clients en faisant des blagues grasses et crie à tout le monde qu’il faut acheter mon bouquin parce que les autres, c’est de la merde. Les filles adooorent 😉

  1. Cher auteur,
    je constate que tu as longuement travaillé ta stratégie de vente en séance de dedicaces. Je suis très impressionnée. As-tu été vendeur ou commercial dans une autre vie?
    Par contre je suis rassurée en lisant ta fin car tu reviens sur terre ^^
    J’avoue avoir arrêté de jouer les vrp attirant à tous les coups quelques boulets indésirables…
    Maintenant j’avoue que mon portable est mon meilleur ami, comme mon cahier et mon crayon, écrire sur place ça attise la curiosité de certains 😉

    • Hi, hi, je donne des conseils stratégiques pour les auteurs qui manquent parfois de sens commercial ;-), mais en gardant toujours un peu de recul 😉
      Pour les boulets, 100% d’accord, faudra que je raconte quelques histoires à ce propos un de ces jours. Tu dois en avoir pas mal aussi !
      Merci pour ta visite sur mon blog, très joli ton avatar Garfield 😉

  2. La chemise de BHL , le chapeau d’Amélie , la parka de Houellebecq …… et toi ?

    Excellente soirée .

    • 🙂 Je commence avec l’histoire du gars qui m’a dit qu’il ne fallait pas se leurrer et que nous étions tous racistes ou celle qui m’a tenu la jambe pendant une heure et demie pour me parler de ses ancêtres ?;-)

  3. ha pas mal !
    moi j’hésite entre un mec qui vient dans un salon et qui me demande où il est ou la prof qui me disait à quel point c’était inadmissible ces gens qui méprisaient les caissières et qui a répondu à
    son téléphone sans un mot d’excuses
    on fait un bouquin d’anecdotes de dédicaces ?
    le meilleur moyen pour faire fuir les lecteurs en 10 leçons lol

    • Pas mal le coup de la prof ! De la même manière, j’ai quelqu’un qui est parti tout naturellement alors que j’étais en train de lui parler… 🙁
      Sinon, j’ai déjà trouvé un titre pour notre bouquin d’anecdotes « Mon tour de France des gros boulets » ou « Conseil d’amie aux emmerdeurs » 😉

  4. haha ! Excellent
    Nous en dédicace on a le truc qui marche direct, comme on dessine tout le temps, les gens regardent et s’approchent, tels les petits renards de St Exupery 😉 On créée en public quoi 😛
    Et évidement, les livres à feuilleter à disposition.
    On a aussi plein de gamins qui viennent demander un dessin sur une feuille, c’est un peu plus d’investissement que des tracts par contre 😀
    Et sinon, des fois aussi, on chante et on danse sur notre table.

    • Les dessineux ont un sacré avantage sur les écrivaillons 😉 Je vais me mettre à l’aquarelle, parce que le chant et la danse, j’ai peur que cela fasse fuir les gens 😀

Les commentaires sont fermés.