Télépathie professeur Xavier

Un monde idéal où il faut maîtriser ses pensées

 

Télépathie professeur Xavier Elle était quand même bien bonne, avec sa jupe moulée sur ses cuisses et son petit cul. Chaude comme une baraque à frites. Je me demande si elle accepterait de me tailler une pipe dans les chio…

Florian stoppa net ses pensées. Tous les passagers du RER bondé s’étaient tournés vers lui et le regardaient, interloqués. Comment avait-il pu laisser son esprit divaguer ?

Merde, la honte…  

Il souffla et tenta de se concentrer. Trop tard, la panique était là, présente au creux de ses tripes pour le submerger.

Comme quand je me  suis retrouvé cul nul au lycée après que Blanchard ait baissé mon froc dans la cours. Tout le monde s’était moqué de moi, même Faustine, avec qui j’avais essayé de coucher un mois plus tôt. J’avais juste réussi à mouiller mon panta… Arrête !

Les regards se firent de plus en plus appuyés. Un groupe d’adolescents hurlait de rire en le désignant.

Ne pense à rien. Fais le vide. Pas comme dans Ghostbuster. Pas de Bibendum Chamalow. C’est bon les chamalows. Tu te souviens quand tu en avais mangé au point d’avoir vomi dans les pots de géraniums de madame Mattieu ?

Des exclamations dégoûtées fusèrent dans la rame tandis que l’image des morceaux de bonbon flottant misérablement dans une solution de bile lui venait à l’esprit. Il toussa, dissimula son visage dans ses mains, fixa une tache sur le linoléum. Malheureusement pour lui, ce fut un déferlement télépathique. Tout y passa : les hémorroïdes du mois dernier, la fois où il s’était fait attraper dans le supermarché en train des voler des capotes, le pet bruyant en réunion devant la patronne.

De plus en plus décomposé, il profita d’un arrêt pour s’échapper. Il fonça aux toilettes de la station, fit les exercices préconisés pour retrouver une harmonie, se calma, ramassa le peu d’honneur qui lui restait pour se remettre à attendre patiemment sur le quai, comme si rien ne s’était passé.

Le RER suivant arriva avec dix minutes de retard. Lorsqu’il s’installa à une place, il perçut immédiatement les effluves télépathiques d’une jeune femme un peu plus loin. Rouge comme une pivoine, elle essayait d’éviter de penser à la fois où elle avait pipi dans sa culotte devant tout le monde. Il gloussa.

La honte.

 

Dans un monde idéal…

 

 

6 réflexions au sujet de « Un monde idéal où il faut maîtriser ses pensées »

Laissez un commentaire...