Un monde idéal où l’être humain atteint les confins du système solaire

 

heliosphèreLe personnel de l’ESA, confiné dans la salle de contrôle depuis plus de quarante huit heures, retenait son souffle. La sonde Voyager III atteignait enfin les frontières de l’héliosphère, avec, à son bord, le premier astronaute terrien à quitter le système solaire : le major Spark.

— Star Command, annonça-t-il, mes senseurs indiquent que les vents solaires diminuent. Tout est OK.

L’assemblée était suspendue aux grésillements du micro.

— Star Command. J’aperçois une lumière, comme un halo. Je pousse les réacteurs de la navette.

La rythme cardiaque de l’astronaute bondit. Des secousses ébranlaient sa cabine.

— Star Command, je ne comprends pas. Je perçois un bourdonnement. Je crois que je suis en train de franchir la frontière. C’est très étran…

Le contact fut brutalement rompu. La navette venait d’exploser.

Dans la salle de contrôle, la stupeur fit place au désarroi.

 

Baignant dans sa stase gravitationnelle, l’amibe évoluée ZORG 567-AX (issue du clonage de ZORG 567-AW) tendit ses nodules et manipula la suite de boutons face aux écrans qui clignotaient.

— Ben ça alors, s’exclama-t-elle à l’adresse de son confrère BLARG 954-UF (issue du clonage de BLARG 954-UE). Les humains ont tenté de sortir de leur cage. Il y en a même un qui s’est jeté contre le flux d’énergie !

— Pffff… Je t’avais dit qu’ils étaient stupides…

 

Dans un monde idéal…

 

7 réflexions au sujet de « Un monde idéal où l’être humain atteint les confins du système solaire »

  1. @ Aurélie : D’ailleurs, ça me fait penser à une autre idée de nouvelle ce que tu viens de me dire… Bientôt 😉
    @ Robert : Oui, on a déjà de quoi s’éclater avec Mars, la lune, et peut-être même Vénus ou Titan 😉

Laissez un commentaire...