moelle épinière

Un monde idéal où la médecine connaît toujours de grosses difficultés

 

moelle épinière— Vous avez subi d’énormes dommages corporels lors de cet accident de voiture, expliqua la thérapeute, l’air sombre. Votre moelle épinière a été sectionnée.

Caroline, clouée sur son lit, serra les poings.

— Qu’est-ce… que voulez-vous dire ?

— Je suis désolée. Vous allez devoir être immobilisée. Deux semaines, pour que les nanobots souches réparent votre moelle. Plus deux autres de rééducation. Et vous ne retrouverez votre motricité d’antan qu’au bout de trois mois…

La patiente sentit les larmes lui monter aux yeux.

— Trois mois… Tout ce temps. Mais je n’ai été brûlée qu’au troisième degré !

— Étant donné vos blessures, les transplantations d’organes neufs et les greffes de peau ont été  longues, plus de deux heures. Et les technologies vertébrales restent relativement récentes, elles doivent être améliorées.

Caroline éclata en sanglots. La praticienne grimaça, c’était toujours difficile d’annoncer ce type de nouvelles.

 

 

Dans un monde idéal…

 

 

5 réflexions au sujet de « Un monde idéal où la médecine connaît toujours de grosses difficultés »

Laissez un commentaire...