bébé sur moquette

Un monde idéal où l’avenir est préservé

 

bébé sur moquetteJohn se leva et empoigna un couteau.

— Je vais le faire.

Assise devant une tasse de thé fumante, son épouse, Jenny, épuisée par les dernières quarante-huit heures, essuya ses larmes d’un revers de manche.

— Tu ne peux pas, lâcha-t-elle. Il ne faut pas le croire.

Elle pointa du doigt l’homme crasseux planté au milieu de la cuisine, habillé de guenilles dépareillées, le visage tuméfié couvert de cicatrices, soufflant comme un bœuf.

— Je t’accompagne, se contenta de répondre celui-ci sans oser la regarder.

Les deux hommes s’engagèrent dans les escaliers menant à l’étage.

— Ça faisait longtemps que tu ne l’avais pas vue ? interrogea John.

— Je n’ai pas le droit de te le dire, répliqua l’inconnu, les dents serrées. Elle est… comme dans mon souvenir.

— Je deviendrai comme toi ?

— Pas si tu accomplis ta tâche.

— Je ne sais pas si j’en aurai la force.

— Le même sang coule dans nos veines. Tu y arriveras.

John ouvrit une porte donnant sur une chambre bleue. Un enfant de six ans jouait avec un camion, à côté de son lit.

— Papa, j’en ai marre, je peux sortir ?

John trembla. L’inconnu posa la main sur son épaule et lui serra la clavicule.

— Dictature. Guerre. Huit milliards de victimes. Tu peux éviter tout cela.

John fixa la lame du couteau et referma la porte derrière eux.

 

Peut-être que son double du futur avait raison. Peut-être que tuer encore enfant le tyran qui déclencherait une guerre nucléaire dévastatrice pour l’humanité atténuerait sa souffrance. Mais, malgré tout, il resterait le père qui aurait assassiné sa propre chair.

 

Dans un monde idéal…

 

 

 

15 réflexions au sujet de « Un monde idéal où l’avenir est préservé »

Laissez un commentaire...