Femme d'affiare mal au crâne

Un monde idéal où le sexe est banalisé

 

Femme d'affaire mal au crâne Les clefs frétillèrent dans la serrure. La porte s’ouvrit, laissant apparaître une Sophie dépitée.

— Ça va ma chérie ? demanda François, en baissant son magazine.

— Bof, j’ai du mal à marcher. Benoît m’a enculée au bureau…

— Encore ?

— Ça me dérange pas sur le moment, mais après, je le regrette.

Elle boita jusqu’au canapé et s’assit avec soulagement.

— Il faut juste que tu t’affirmes. Comme lorsque Marie m’accusait tout le temps de finir le café.

— Tu as raison. Je lui dirai que ça me gêne un peu. Bon, et sinon, ta journée ?

— La routine. Le dossier Rubillad est enfin clos. Par contre, j’ai pas pu transmettre mes conclusions à Patrice, il se faisait une double pénétration avec le comptable sur la big boss.

— Ton tour viendra, dit Sophie en lançant un regard vers la cuisine. On mange quoi ?

— Je suis passé chez le traiteur. Paupiettes de veau aux truffes. Et puis, j’ai obtenu une réduc de 25% auprès du gros Maurice grâce à ma langue magique !

 

 

Dans un monde idéal…

 

 

 

21 réflexions au sujet de « Un monde idéal où le sexe est banalisé »

  1. Tiens, le premier commentaire est un spam, on dirait…

    Ce « monde idéal » est assez intéressant dans le sens ou le sexe « libre » n’est pas un interdit légal – c’est plus un « blocage » moral…

    ça pourrait paraître un fantasme pour beaucoup, mais le sexe y perdrait beaucoup d’intérêt, je pense…

    • Hé hé, je l’ai laissé pour que ça augmente mes stats (je suis vil, je sais) 😉 Bon, je vais surveiller tout ça quand même pour que ça ne devienne pas trop récurrent. Je pense être encore pas mal épargné. Oui, dans ce cas le sexe devient une sorte de pulsion animale où les sentiments (et même, je n’aurais jamais osé dire ça un jour, la moralité) ne sont plus du tout présents. On assouvit nos instincts, et on passe à côté de pas mal de choses. Mais il y aussi l’autre côté, car le sexe « libre » permettrait d’éviter beaucoup de frustration, et les comportements « déviants » associés. Tiens, encore une nouvelle que je pourrais développer 🙂

  2. Bof, c’est une plate-forme de blog, normalement ils savent lutter contre le spam 😉

    Au pire, tu pourrais toujours migrer pour Skyblog ;p (pas taper, pas taper !)

    Ah, oui.. En fait, dans ton article, le sexe est devenu aussi banal que manger ou boire un café…

    Idéalement, il faudrait que les humains arrivent a faire la part du sexe « habituel » et du sexe « avec LA personne »… pas sûr qu’ils sachent le faire… 😉

    (Vivement les viols, les tripes déversées… ;p )

    • hé hé sur Skyblog, il faudra que je fasse des adaptations au blog (ouèch bienvenu sur un mond idéal) Demain, en tout cas, ce ne sont pas des tripes déversées mais ça ne vole pas beaucoup plus haut  😉

    • Et encore, tu n’as rien vu. Bientôt encore plus de sexe, de violence, de tripes déversées sur le carrelage, de viols, de tortures barbares, de mignons chats éclatés contre les pare-brise de voiture etc. …;-)

  3. Ah si seulement c’était aussi banalisé…
    Mais qu’est ce que je raconte moi ?
    Quoi que…
    Mais non !
    Enfin, j’ai une part de moi qui serait d’accord et une autre non. Faut que je demande à la troisième, mais elle est occuppée… A quoi ? Là est la question…

  4. Wow, c’est ultra-réaliste ! On s’y croirait ! Quoique si le sexe se banalisait à ce point, peut-être qu’on en tirerait moins de plaisir… Au point qu’une autre activité finirait par le remplacer ?
    :p
    Belle perspective en tout cas ! XD

    • J’ai essayé de tenir un discours complètement libéré de nos « préconçus » sociaux, et quand j’ai relu et que j’ai presque réussi à me choquer, je me suis que je tenais le bon bout 🙂

    • Bien sûr que j’ai vu ton message ! (je suis toujours tapi dans l’ombre de ce blog 🙂 ) Je corrige au fur et à mesure les anciennes nouvelles, mais j’ai beaucoup à faire (plus de 400), alors ça prend du temps. Mais je m’occupe de celle-là dès maintenant !

Laissez un commentaire...