poils aux aisselles

Un monde idéal où les femmes n’ont pas de poils

 

poils aux aisselles— Dépêche-toi ! Nous sommes en retard !

— Deux minutes ! résonna une voix féminine dans la salle de bain. J’ai presque fini !

Bob lâcha son magazine et se leva du lit. Il allait devoir emmener Janice de force, où ils ne seraient jamais dans les temps. Une silhouette s’échappa soudain de l’encadrement de la porte.

— Je me faisais belle pour toi, déclara-t-elle, un peu dépitée.

Bob se figea, le souffle coupé par sa beauté. Il admira longuement les faux poils soyeux qui composaient sa moustache à la gauloise, les poils courts et épais qu’elle avait collés avec goût sur
ses jambes et ses bras, et les poils drus et revêches sous ses aisselles.

— Tu es… magnifique.

— Et si tu es gentil, tu en verras d’autres ailleurs, lança-t-elle, coquine.

Il porta ses mains à son cœur.

— Tu vas me tuer… Mais c’est trop long.

— Le jeu en vaut la chandelle. Et puis une femme au naturel, sans aucun poil, c’est d’un négligé.

 

 

Dans un monde idéal…

 

 

2 réflexions au sujet de « Un monde idéal où les femmes n’ont pas de poils »

Laissez un commentaire...