Un monde idéal où il est possible de connaître le moment exact de sa mort

 

 

4492800725_257707e8c0.jpg

Albin accéléra le pas. Il regarda fébrilement son chronomètre vital. Plus que deux minutes. Il serra les dents et
téléphona à Joanne.

Tu es où ? lui demanda-t-elle aussitôt.

Rue Péri, j’ai garé la voiture. Je n’arriverai pas à te rejoindre avant…

Je m’en doutais. Je ne suis pas loin. Ne t’inquiète pas.

Le soulagement réussit presque à lui faire oublier sa colère. Tout ça à cause de cette maudite grève. Il
n’aurait dû prendre que deux jours pour faire ses adieux à sa famille, et, au lieu de ça, il avait été bloqué la semaine entière. Il n’aurait pas le temps de dire au revoir à l’amour de sa vie.
Moins d’une minute. Soudain, il l’aperçut de l’autre côté de la route.

Joanne, je suis là !

Elle s’arrêta. Il traversa sans prendre garde.

Attention ! lui cria-t-elle.

Albin se jeta sur le côté, un taxi le frôla et continua, comme si de rien n’était. Son chronomètre sonna. Penaud, il
monta sur le trottoir et la prit dans ses bras.

Tu vas bien ?

Je… Je ne suis pas sûr. Le chrono est arrivé à zéro. Je… Je devais mourir. J’ai… J’ai survécu…
Je…

Il s’effondra soudain au sol.

 

Rupture d’anévrisme.

 

 

Dans un monde idéal…

 



18 réflexions au sujet de « Un monde idéal où il est possible de connaître le moment exact de sa mort »

  1. Je sais pas ce qui est pire, entre l’anévrisme, et le piano…

    Les deux font « Cherche pas, tu peux pas y échapper », mais je trouve que le piano a quelque chose de… « Meme si t’es un bunker, y’a quelque chose qui va te tomber sur la tronche, tu le verras meme
    pas venir ! » (a la « Destination Finale »)
    Meme si dans un sens, l’anévrisme, c’est encore pire XD

    Comme d’hab, un grand merci pour ces nouvelles qui nous font rire, réfléchir, et Imaginer :]

    • C’était comme ça que j’avais imaginé la nouvelle : on ne peut échapper à son destin (même si c’est une ficelle qui a déjà largement été exploitée, mais bon, je n’allais pas « sauver » mon héros, la nouvelle n’aurait pas été super spectaculaire 😉 )

  2. Oui, pis de toutes façons, tu sors souvent le mauvais coté, ou le côté ironique de mondes… qui auraient du être idéaux… C’est ça qui est kiffant 😀

    Et que ton héros arrive à survivre… ça aurait été chiant, de toutes façons, mieux valait qu’il meure, pour notre bon plaisir 🙂

  3. Hé, pas con ! Genre un pied de nez au destin : j’emmerde la mort, alors je me suicide 1 heure avant la fin de mon chronomètre…
    Mais du coup, c’est impossible de se suicider car sinon le chronomètre l’afficherait… Y a un truc à voir, là… 🙂

  4. Hum, pas si l’euthanasie n’emporte pas tout de suite la personne, mais l’endort, pour ne la tuer vraiment qu’au bout de quelques minutes…

    Par contre, je serais curieux de voir ce que donnerait une petite expérience :

    On place dans la même pièce, fermée à clef, une personne proche de la mort… Menotté, peut-être, pour ne pas qu’il se suicide… On pourrait même mettre une personne « éloignée de la mort », pour le
    « protéger » de toute chute d’avion, de satellite météo, …

    Question : si on va prendre l’avion et qu’on constate que son chronomètre vital n’indique plus qu’une heure… Cela voudrait dire que l’avion va se crasher… Du coup, on pourrait ne pas prendre
    l’avion ! (encore qu’on puisse mourir de quelque chose d’autre dans l’heure)

    Donc, il faudrait comparer son chronomètre vital avec celui de quelqu’un d’autre qui prendrait le même avion, pour voir si les heures de mort sont synchro…

    Hum…

  5. Mais, mon cher, l’Ecriture, c’est ton domaine, je ne voudrais pas te le voler ;P

    Non, moi je sais faire des sites, par contre ^^ Un site sur le paradoxe temporel, donc ? XD

    Ah propos de paradoxe, y’en a un beau dans Futurama :
    Fry remonte dans le temps et séduit sa grand mère. Il couche avec.
    9 mois plus tard, la demoiselle accouche d’un fils… Ce bambin, une fois adulte, donnera naissance à un certain… Fry.

    Fry est donc son propre grand père.

    Je vois donc apparaître sur vos levres, cette expression, si souvent employée dans ce genre de cas : WHAT THE FUCK ??

Laissez un commentaire...