Un monde idéal où la civilisation est bouleversée (l’inversion physique, part 1)

 

4188894852_843c87afcf.jpgL’atmosphère de cette fin d’hiver était glaciale. Matthew arracha un morceau de chair congelée du cadavre du chat, et le mâcha avec difficulté.


Soudain, un bruit l’alerta dans les décombres d’un des immeubles. Matthew se releva. La
petite forme rouge, haute comme trois pommes, apparut.

Salut, le schtroumpf… souffla-t-il de soulagement. Déjà de retour
?

Le petit être ne prit pas la peine de répondre et alla se caler sur son épaule. Il se
frictionna les mains.

Je suis ton gnome, pas un groumpf.

Tu as trouvé quelque-chose ? De quoi faire du feu ? J’ai pas
réussi.

Nan. Mais la grande transition magique n’est pas encore achevée, j’ai pas mes
pouvoirs. J’ai quand même senti la présence des tiens, plus dans le centre de ton village Londres. Et quelques séides démoniques.

Matthew mâcha un nouveau morceau de viande en réfléchissant. Dans un éclair de
lucidité, il effleura des doigts son drôle de compagnon.

Hi, hi, ça chatouille.

Un gnome… Qui était apparu lors de l’effondrement des principes physiques. Lié à lui,
visiblement. Dans ce nouveau monde… magique.

 

 

Dans un monde idéal…

 

 



10 réflexions au sujet de « Un monde idéal où la civilisation est bouleversée (l’inversion physique, part 1) »

    • C’est excellent, le chat 🙂 C’est très fin comme viande, mais difficile à chasser 😉 Cool ! Le nouveau système remplace le vote en étoile que je devais placer manuellement à chacun de mes articles, j’en avais marre. Content que ça te plaise

    • Merci 😉 La suite, elle est déjà dans ma tête, faut juste que je la transcrive. Mais je vais attendre un peu pour pas gaver le blog avec ça, et puis j’ai d’autres cycles à finir 🙂

  1. Nah, mais on s’en fout du chat, il est déjà mort. Ne pas gacher la nourriture c’est un bon principe je trouve.
    Moi je m’inquiète plus pour ce petit gnome, esclave d’un humain pervers. La seule bonne nouvelle c’est que ça va faire des vacances aux petits hamsters!

    • Eh ben, en fait… Le chat était bien vivant quand il l’a attrapé, mais, bon passons ! C’est une autre histoire 😉 Oh, mais le petit gnome a bien plus d’un tour dans son sac 🙂

  2. IL EST TEMPS DE MANGER SON CHIEN.L’étude de deux éminents chercheurs néo-zélandais,spécialistes du développement durable,ont calculé que l’impact sur l’environnement d’un chien de taille moyenne
    est deux fois plus important que celui d’un gros 4X4 parcourant 10.000 kilomètres par an.BON APPETIT!

    • Eh oui, je trouvais que la 1ère photo était pas la plus évocatrice 🙂 Pour le film en 3D, il faudra encore attendre quelques temps, je pense ! (enfin, sauf si un réalisateur se promène sur ce blog) 😉

Laissez un commentaire...