Un monde idéal où la civilisation n’est plus aussi contrainte

 

9_Nebuleuse_de_la_tete_de_c.jpgJoanne laissa glisser le sable violet entre ses phalanges. L’eau lui chatouillait les pieds. La nuit coulait lentement dans la haute
atmosphère, libérant les couleurs chatoyantes du nuage de gaz de la constellation d’Orion. Les étoiles s’allumaient dans le ciel.

Emma vint la rejoindre et lui tendit un verre de martini rempli de glaçons.

— C’est beau, hein ?

— Je ne regrette pas, c’est clair, acquiesça Joanne.

— Le dîner est servi.

— Cool, on mange quoi ?

— Je ne sais pas, j’ai donné l’ordre à l’IA du vaisseau de nous préparer un truc original.

Elles se retournèrent. Les robots cuisiniers avaient fini de dresser la table nouvellement créée à partir de l’énergie du vide.
Toute en sobriété afin de profiter du spectacle naturel. Une nappe à carreaux rouges, quelques bougies éparses. Des dalles en bois posées sur le sable menaient au jacuzzi où des bulles violettes,
au doux parfum de rose, éclataient. Les automates-constructeurs avaient déjà disparu, s’intégrant au morpho-métal de la structure du vaisseau. Ils seraient de nouveau mis à contribution demain,
pour démonter les installations et effacer toutes traces des deux touristes spatiales.

— Tu voudras aller où ? demanda Joanne en découvrant dans son assiette un carré d’agneau.

— Je ne sais pas, j’ai vu sur l’Holonet qu’il y avait une lecture de poésie dans la nébuleuse du Sagittaire. Pour rencontrer
d’autres humains, ça fait plus de cinq mois que nous sommes parties. Ou alors nous nous installons ici quelques temps…

 

 

Dans un monde idéal…


6 réflexions au sujet de « Un monde idéal où la civilisation n’est plus aussi contrainte »

  1. Mon IA personnel va te préparer un commentaire comme tu n’en à jamais lu !!!

    (probléme ? : il n’ écrit qu’en hiéroglyphes)

    Excellente soirée .

Laissez un commentaire...