Un monde idéal où la petite voix qui annonce le compte à rebours dans les films n’existe pas

 

2678, Vaisseau militaire « Korribou », nébuleuse sombre

 

img-fonds-decran-space-earnur-13274.jpgRyan tira ses dernières balles en direction des monstres glorbuxs à quatre pattes
qui envahissaient le poste de commandement. Les membres d’équipage contaminés par les germes extra-terrestres, et naturellement transformés en zombis dévoreurs de chairs humaines, les suivaient
de près. Il balança une grenade et verrouilla le sas.

Lieutenant, hurla-t-il à l’adresse de Tatiana Bukowslky, l’ingénieure de bord. Dépêchez-vous,
je n’ai plus de biscuits pour les contenir !

L’explosion résonna, la porte blindée gonfla comme un ballon mais tint le choc. La jeune russe pianotait frénétiquement sur le clavier de l’IA.

Je fais ce que je peux ! Je dois connecter le firewall et faire une dérivation quantique du
serveur pour initier le bios et lancer Internet Explorer !

Des bruissements montèrent derrière les cloisons.

— Ils ont réussi à passer ! Vite !

Tatiana s’énerva, frappa le clavier, puis exulta.

Ça y est ! J’ai réussi ! Auto-destruction programmée dans cinq minutes !

Ryan l’attrapa par le bras et la poussa vers le tunnel d’extraction, juste à temps. Le commandant Spangler, couvert de cloques et le regard emplit d’une haine
carnassière, venait de tomber de la grille d’aération. Ils glissèrent le long des parois et débouchèrent directement dans le hangar. Vide. Les rangées bien alignées de vaisseaux Starfight
dormaient tranquillement. Ryan verrouilla le compartiment. Le silence qui régnait ici était presque inquiétant.

Il nous reste combien de temps ?

Tatiana consulta sa montre.

Cinq minutes, de quoi démarrer en manuel. Pas la peine de se risquer à chercher les codes
d’activation dans le bureau du premier-maître.

Ryan sauta dans le cockpit et alluma les réacteurs. La douce mélodie des moteurs monta lentement. Tatiana retira les batteries des autres vaisseaux et les chargea à
bord. Ils pourraient en avoir besoin. Soudain, un bruit sourd résonna. Des flammes surgirent dans le hangar.

Mais… Le compte à rebours est déjà fini ?

Non, Major, il nous reste encore cinq bonnes minu…

Tatiana tapota sa montre et émit une grimace.

Oups… Ce serait quand même plus pratique s’il y avait une petite voix
qui…

Une boule de feu traversa le couloir axial et alla percer le sas d’extraction. Le vide intersidéral s’engouffra dans la brèche. Ryan serra les poings sur le tableau
de bord.

Le vaisseau explosa.

 

 

Dans un monde idéal…

 

 


15 réflexions au sujet de « Un monde idéal où la petite voix qui annonce le compte à rebours dans les films n’existe pas »

    • Aide-moi, Emmanuel, ce nom est remonté des tréfonds de ma mémoire mais impossible de savoir d’où (et je ne le retrouve pas sur google). Si c’est une référence trop honteuse, tu pourras me la glisser à l’oreille sous la couet… euh, par un mail sur FB 😉 

  1. Ah, non, non ^^

    (Korribou = Caribou ? :P)

    Enfin, j’avais vu le « Commentaire n°8 posté par plaisir pas plus tard que hier à 20h45 », même si je crois qu’il avait déjà utilisé ce « pseudo », j’avais jamais trop fait gaffe… honte a moi ! ^^

Laissez un commentaire...