Un monde idéal où la politique s’acharne à lutter contre l’exclusion sociale

 

Voyez, déclara le préfet en présentant la vaste rue piétonne à la délégation internationale. Pas un mendiant. Et
pourtant, à l’époque, c’était une véritable jungle. Un seul mot, Mesdames et Messieurs. Fin. Fin des politiques sociales. Et communication féroce sur les dangers de l’entraide entre
citoyens.

Il désigna une affiche sur un mur « Le don finance le terrorisme, provoque le cancer et rend stérile ».

Si les collectivités coupent les crédits et que les citoyens ne s’entraident plus, les exclus sont obligés de
rentrer dans le système. Et ceux qui refusent ou ne peuvent pas sont « éliminés » par la force des choses. Bénéfice total !

La délégation approuva la logique imparable. Le préfet inclina la tête.

Je vous propose à présent d’aller visiter les foyers de sans-abris reconvertis en salles de fitness. Nous
rejoindrons alors M. le Ministre, qui vous fera découvrir le nouveau programme de compostage organique des corps de clochards. Bénéfice total, je vous disais !

 

 

Dans un monde idéal…

 

 

‘; document.write(str); } // ]]>


3 réflexions au sujet de « Un monde idéal où la politique s’acharne à lutter contre l’exclusion sociale »

Laissez un commentaire...