Un monde idéal où la téléportation permet d’habiter dans des endroits très reculés

 

Les lumières s’éteignirent brusquement. Érica abandonna son livre et s’approcha de John.

C’est quoi ?

Une coupure de courant. Mes parents m’en parlaient parfois, quand j’étais jeune.

Et le téléporteur ?

Plus rien.

Il fait froid, tout à coup…

Ben oui, on est au milieu de l’Antarctique.

Les Yu ont été touchés ?

John se colla à la baie vitrée.

Je ne vois plus de lumière. Mais ils sont loin…

Ferme les volets, il faut conserver la chaleur.

John s’exécuta puis alla dans la chambre chercher des couettes dans la chambre.

Tu crois que ça va durer longtemps ?

J’espère pas. Dans quelques heures, ce sera un glaçon ici.

On doit aller chez les Yu !

On ne fera pas cinq cent mètres dehors. Non, il faut attendre. En espérant que le courant soit rétabli
rapidement.

J’ai peur.

Moi aussi. Mais ne t’inquiète pas, tout va bien. Tout ira bien.

 

 

Dans un monde idéal…

 

 

‘; document.write(str); } // ]]>


2 réflexions au sujet de « Un monde idéal où la téléportation permet d’habiter dans des endroits très reculés »

  1. Mdr, tout s’évanoui vite quand les choses auxquelles ont est habitués disparaissent…

    Quand on parle téléportation, ça me fait penser à Hypérion… Où le poete Martin Silenus avait une maison (de 20 ou 50 pièces, chais plus) et chaque pièce était située sur une planète différente
    !

    Forcement, même les pesanteurs changeaient dès qu’on changeait de pièce… Les WC étaient situés sur un radeau sur la planète Océan Mare Infinitus

    Et le pire, c’est que dans ce monde, lors de la panne des téléport… Nombre de gens se sont retrouvés bloqués chez eux (aucune autre sortie que les « portes distrans »), et certains n’avaient meme
    plus d’arrivée d’air… /D

    (voila pour un petit aperçu ;p )

Laissez un commentaire...