Un monde idéal où la voiture individuelle est enfin enterrée

 

4144221199_cd5a3610d6.jpgLe tramway s’éloigna du quai et accéléra jusqu’à atteindre
sa vitesse de croisière. Paul alluma son lecteur MP3 et consulta sa montre. Encore quinze minutes de trajet jusqu’au centre-ville. Plus dix de vélo urbain pour rejoindre son lieu de travail, ou
douze en réservant un taxi électrique, ou quatorze par la ligne 75. Il faisait beau, il prendrait plutôt la bicyclette.

Son regard dériva le long du boulevard périphérique. Le manège des voitures pare-chocs contre pare-chocs avait cessé
depuis des années, mais il lui semblait parfois percevoir la douce symphonie des klaxons, des ronflements de moteur, des cris, des insultes, du stress. Aujourd’hui, ce n’était qu’une route
agréable bordée d’arbres et empruntée par les cyclistes.

Demain, il ferait la totalité du trajet en vélo. Depuis le temps qu’il s’était promis de le faire. Oui, ce serait
plus sympa. Et puis, ça lui ferait faire un peu plus de sport.

 

 

Dans un monde idéal…

 

 


4 réflexions au sujet de « Un monde idéal où la voiture individuelle est enfin enterrée »

Laissez un commentaire...