Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/5/d423693020/htdocs/wp-includes/post-template.php on line 275

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/5/d423693020/htdocs/wp-includes/post-template.php on line 275

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/5/d423693020/htdocs/wp-includes/post-template.php on line 275

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/5/d423693020/htdocs/wp-includes/post-template.php on line 275

Un monde idéal où le hasard fait bien les choses

 

Charlie-HebdoLa jeune femme fit glisser son imperméable le long de son dos. La pénombre de l’open-space déserté pour la nuit dévoilait juste ce qu’il fallait de son corps nu. Elle s’allongea sur le
bureau du rédacteur en chef avec un sourire qui invitait à la débauche. Le jeune homme se jeta sur elle et l’embrassa à pleine bouche. Elle retira sa langue.

— Alors, ça fait quoi de bosser ici ? Raconte-moi le quotidien d’un journaliste.

— Oh, tu sais, je ne suis que stagiaire, avoua-t-il, sous le coup de l’excitation.

— Quoi ?

— Oui, dit-il en détachant son soutien-gorge. Je suis d’ouverture demain matin, c’est pour ça qu’ils m’ont filé les clés.

— Tu veux dire que tu n’es rien ?

Il plaqua une main sur ses fesses.

— J’apporte les cafés aux gars qui travaillent sur le dossier satyrique de la semaine, le truc sur Jésus ou Mahomet, j’sais
pas. 

Sa conquête s’apprêtait à le repousser quand il s’arrêta net. Pour renifler l’air.

— C’est quoi cette odeur ?

Il se leva et ouvrit la porte qui donnait sur la salle de rédaction. Dévorée par des flammes qui montaient jusqu’au plafond.

— Quand je t’ai demandé de balancer ton mégot tout à l’heure, tu ne l’as pas fait dans la corbeille à papier ?

— Ben si, tu voulais que je le mette où ?

Tout en soupirant, il lui remit son manteau sur les épaules. Il se prépara à franchir la fenêtre pour s’enfuir quand son regard se posa la
maquette du prochain hebdomadaire. Il revint sur ses pas, farfouilla dans les placards et sortit une bombe de peinture pour taguer un gros « Allah Akbar » sur le mur.

Ils ne se douteront jamais de rien, se dit-il, en s’échappant du bâtiment
dévoré par les flammes…

 

Dans un monde idéal…

 



Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/5/d423693020/htdocs/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

21 réflexions au sujet de « Un monde idéal où le hasard fait bien les choses »

  1. Et avec le boost des ventes que ça va surement provoquer, ils auront de quoi se payer une meilleure imprimante que celle qui a flambé.

  2. @ Aurélie : autant qu’écrivain, je crois 😉
    @ Dkjoe : on en parlait justement avec des collègues, avec toutes les télés / radios / etc. qu’ils font, c’est un coup de pub inespéré pour leur hebdo.
    @ Emmanuel : GG, tiens ça faisait longtemps que j’avais pas vu cette expression 😉

  3. Ou plutot : être un écrivain te permettra de sauver la République, mais également de devenir le prochain président des états-unis, de trouver un remède universel contre tous les virus et toutes les
    maladies, de devenir une jeune star idolée par tous, …

    Alors, tu hésites encore ? 😀

  4. – Je vends des batons de la mort, ça t’intéresse ?
    *geste de la main*
    – Tu ne vends pas de batons de la mort
    – Je ne vends pas de batons de la mort
    – Tu vas rentrer chez toi et réfléchir à ton avenir
    – Je vais rentrer chez moi et réfléchir à mon avenir

  5. Zut, ça marche pas 🙁

    *te met un blaster contre la tête*
    – Tu vas écrire un livre dont je serais le personnage principal ! 😀

    (blague à part : Merci ! 😀 J’ai hâte de te lire 😉 )

  6. Petite référence à l’actu 😉
    Malgré tout, ça reste malheureux de faire flamber des locaux pour de l’humour potache… L’indifférence restant à mon sens la plus belle des armes pour quelque-chose que l’on désapprouve…

  7. @ Emmanuel : Emmanuel toisa l’empereur Zorg, vaincu, qui se tortillait à ses pieds en implorant sa clémence. Derrière, son harem de femmes terriennes nues attendait avec impatience le beau héros
    brun viril… FIN !
    Voil… Voilà, tu peux retirer ce blaster de ma nuque s’il te plaît ????

    @ Robert : hé, hé, tu as un article de retard 😉

Les commentaires sont fermés.