Un monde idéal où le petit orteil n’existe pas

 

Joanne était tranquillement en train de finaliser la seconde couche de vernis sur ses ongles des pieds lorsque le
téléphone sonna. Elle souffla, s’extirpa avec difficulté du sofa, se mit debout et contourna la table du salon. Son quatrième et dernier orteil frôla d’un quart de millimètre le coin du meuble
télé. Mais elle ne s’en rendit pas compte.

 

Et elle alla répondre, tout simplement, sans se douter de l’horrible et tenace douleur qui aurait pu l’étreindre
dans un autre monde.

 

 

Dans un monde idéal…

 

‘; document.write(str); } // ]]>


4 réflexions au sujet de « Un monde idéal où le petit orteil n’existe pas »

Laissez un commentaire...