Un monde idéal où les ballons dirigeables sont toujours en service

 

MobyAir.jpgLes passagers
embarquaient à bord de l’Hindenburg II les yeux chargés d’admiration. L’aérostat ne faillait pas à sa réputation de géant des cieux : immensité, majesté, apaisement. Les aménagements
intérieurs, tout en bois, marbre, et dorure ajoutaient une touche rétro fort appréciée. La liaison Berlin / New-York s’annonçait sous les meilleurs auspices.

Samantha et Sabrina s’installèrent dans leur cabine commune, excitées à l’idée de vivre les prochaines cinquante heures dans ce décor de rêve.
Samantha se précipita sur le hublot. Après quelques minutes passées à tenter de l’ouvrir, les charnières cédèrent. Le hublot se décrocha et tomba, en écorchant au passage une bonbonne d’hydrogène
fixée à la structure.

— Il va falloir réparer ça, pouffa-t-elle sans y faire plus attention. Regarde-moi ce volume, c’est impressionnant !

Elle fouilla dans son sac et en sortit un paquet de cigarettes.

— J’ai réussi à les faire embarquer à la barbe de l’équipage, déclara-t-elle, guillerette.

— Bien joué, ricana Sabrina. Ils ont confisqué les miennes.

— Ils sont quand même chiants, avec leur interdiction, dit-elle après avoir tiré quelques bouffées. Il n’y a pas mort d’homme.

Et elle jeta le mégot par la fenêtre.

 

Sur la bonbonne percée.

 

 

Dans un monde idéal…

 

 

Hindenburg.gif


8 réflexions au sujet de « Un monde idéal où les ballons dirigeables sont toujours en service »

    • Benou ! ça faisait longtemps ! J’ai cru que tu avais disparu (vu que ton blog est aussi en friche depuis pas mal de temps 🙂 )
      Fringe, je n’ai vu malheureusement que la fin de la saison 1 (2 ?), dans laquelle elle rencontre Spock dans le WTC… 🙁 Mais je regarderai plus en détail la prochaine fois 😉

  1. Il y a quelques jours tu sors une nouvelle sur les vampires, et après tu t’étonnes qu’on ne dorme jamais…

    Et pour info, j’ai le wifi dans mon cercueil 😉

Laissez un commentaire...