Un monde idéal où nous savons prendre soin de la nature

 

biodome.jpgAntoine lança droit devant lui la balle de tennis, qui alla rouler un peu plus loin sur le sable. Le chien partit en courant et se jeta sur la proie de caoutchouc.
Il se roula au sol et gratta un peu partout, et revint la rapporter à son maître.

— Je ne me lasserai jamais de la plage, annonça celui-ci en écartant les bras et en admirant
l’horizon.

Mathilde haussa les épaules. Il faisait semblant de se gorger d’air frais alors qu’il s’agissait
simplement de l’air filtré par son masque. Elle se gratta les fesses. Elle détestait cette combinaison hermétique rouge fluo obligatoire, et n’arrivait pas à comprendre pourquoi son
compagnon insistait tant pour sortir et se promener dehors, alors que l’intérieur du biodôme était si paradisiaque, avec sa nature luxuriante, bichonnée amoureusement par la main de l’homme,
habitée par des écosystèmes préservés, et débarrassée de tous polluants chimiques…

Antoine caressa son chien, dont les poils entachés de mazout commençaient déjà à se détacher par
touffes entières (elle sourit, il serait bientôt l’heure de rentrer) puis lança une dernière fois la balle. Mais il rata son coup. La sphère jaune rebondit sur un rocher et tomba dans
l’océan.

Antoine hurla. Trop tard. Médor s’était précipité dans l’étendue verdâtre. Il y fut dissout en
moins de quinze secondes, tel un sucre dans un café.

— Ah ! Tu vois ! exulta Mathilde. Ça t’apprendra !

 

 

Dans un monde idéal…

 

 


10 réflexions au sujet de « Un monde idéal où nous savons prendre soin de la nature »

  1. Comment, à une époque si évoluée, un Homme (j’entends par là être humain, d’où la majuscule) peut ne pas avoir d’autorité sur son chien! Si je dis à mon chien de ne pas sauter dans l’étendue
    verdâtre, il ne saute pas (peut-être que le fait qu’il soi aveugle joue aussi). En tout cas, sa femme devrait lui interdire de reprendre un chien tant qu’il n’arrive pas à s’en faire obéir.

    (C’était mon commentaire bidon et totalement hors sujet du jour 😉 )

    • Je vois que l’image du café plaît bien !
      Bon, c’est décidé, je crée un produit dérivé : J. Heska, la café tellement fort qu’il pourra dissoudre votre chien en moins de vingt secondes !

  2. Tout dépend du chien ! Si c’est le con de chien que mes voisins ont eu le bon goût d’appeler Pastis (véridique. zen ont eu un autre ils l’ont appelé Eristov) là ouai c’est over trop drôle !

Laissez un commentaire...