Un monde idéal où on déconnecte

 

Bacardi FeelingLe hamac tanguait doucement au rythme des vagues. David leva les yeux, le soleil était haut dans le ciel, il faisait chaud. Heureusement que l’ombre du cocotier dispensait une
fraîcheur bienfaisante. David posa ses pieds dans le sable, fit un sourire à Sophie qui restait couchée et alla couper quelques tranches d’ananas. Le jus coula le long de son menton. C’était
sucré.

Il s’approcha de la plage. La mer léchait la longue bande de sable blanc. David alla y
tremper ses pieds, puis fixa la ligne d’horizon. L’immensité, le calme absolu. Il respira, longuement.


C’était agréable.

 

 

Dans un monde idéal…

 


 
 
 

8 réflexions au sujet de « Un monde idéal où on déconnecte »

    • Hé hé ! J’ai pensé à toi en me disant : et si je faisais une chute où le personnage se rend compte qu’il n’a plus accès à Internet ? Et puis j’ai renoncé, je crois qu’il y a des choses que l’on ne peut toucher 😉

    • Dans un monde idéal, on peut être sous les cocotiers le lundi, et au coin du feu dans un chalet de montagne avec un beau sapin de Noël mardi 😉 Et puis assiégé par une bande de robots tueurs et dévoreurs de chair humaine le mercredi, mais ça, c’est une autre histoire 😉

Laissez un commentaire...