Un monde idéal où on ne doit pas cueillir les fleurs

4295556556_5de9a1e988.jpgSaloperie de plantes, pensa Jean-Yves, en
s’affaissant au sol, le souffle coupé, et en observant un voile noir se déposer devant ses yeux.

Il avait seulement voulu respirer leur parfum, elles étaient si jolies, sur le côté de la route, avec leurs pétales
dentelés gonflés par la rosée du matin. Une vraie marée jaune qui l’avait enchanté.

Des spasmes envahirent sa gorge. Leur neurotoxique naturel faisait effet. Il tenta de tourner la tête, peut-être que
quelqu’un passait dans les parages et pourrait l’aider. Un craquement sourd résonna. Du sang coula de son nez.

 

Et le néant l’envahit.

 

 

Dans un monde idéal…

 


7 réflexions au sujet de « Un monde idéal où on ne doit pas cueillir les fleurs »

  1. C’est beau, l’évolution :]

    Les fleurs étaient sensées être belles, mais fragiles… Et leur beauté tenaient sans doute aussi à leur fragilité…

    Mais maintenant les fleurs sont belles et dangereuses… Elles suivent la même évolution que les humaines ? ;p

    • Bien joué, respect 😉 Pour les fleurs, j’ai suivi le même adage que pour les animaux : plus je suis coloré, plus je suis dangereux (même s’il n’y a aucun intérêt pour les plantes à se protéger des prédateurs, au contraire)

  2. Ah sympa =/

    En même temps, pourquoi il s’arrête au beau milieu de nulle part pour des fleurs, ce type ? :p
    Alors qu’on peut en avoir des inoffensives en fond d’écran sur nos écrans d’ordi, franchement 😉

    • C’est le dernier romantique, c’est pour ça (ou peut-être qu’il voulait les « offrir » à sa belle-mère) 🙂 Mais t’as raison, faut quand même être un peu con quand on peut avoir de champs entiers de fleurs sur son PC. d’ailleurs, plus besoin d’aller en voyage non plus grâce à google street 😉

  3. En forêt équatoriale, on m’a souvent expliqué que les plantes se livrent surtout à une guerre chimique et sans merci… entre elles… Pour la course à la lumière, elles n’hésitent pas à utiliser
    de l’acide, des pesticides, des armes biologiques diverses, des insectes alliés que ce soit sur terre, sous terre ou dans les airs.
    Non clairement, on est pas les seules à se mettre sur la gueule 🙂

    • C’est clair que dans la nature, tout est compétition 🙂 Robin Hobb le décrit d’ailleurs assez plutôt bien dans son (mauvais) livre « alien earth », où la végétation sur une autre planète est beaucoup plus « harmonie » que celle sur terre 😉

    • C’est mon petit labo où je peux tester tout un tas de trucs, c’est pour ça que ça part un peu dans tous les sens et qu’on a un peu de tout 🙂 Merci aussi de ta visite (ça me fait toujours bizarre qu’un vrai auteur publié puisse me faire des compliments 😉 ) Je pars de ce pas découvrir les histoires bleu marine –>

Laissez un commentaire...